Jésus plutôt que Christ. Approches de libres-penseurs - Théolib 47

[ L'accueil | retour à la revue]

 

Jésus plutôt que Christ. Approches de libres-penseurs - Théolib 47

 
 

 
Éditorial. Le Jésus des libres-penseurs
Pierre-Yves RUFF
 
    Si l’on a pu, souvent hâtivement, définir la libre-pensée comme un simple rejet de toute dimension “religieuse” ou “spirituelle”, on peut dire à l’inverse, et sans grand risque de se tromper, que le meilleur de ce que les libres-penseurs ont produit reposa bien souvent sur l’ouverture à nouveaux frais de la question spirituelle.
    Car la caractéristique des libres-penseurs, et avant eux des free-thinkers, fut avant tout de questionner la sédimentation sous laquelle les dogmes étouffèrent le souffle même de l’évangile.
    On peut, au nom du christianisme, trouver vaine leur entreprise, estimer inutile de les lire, juger superflu tout espace de dialogue. On en viendra sans doute, ce faisant, à stériliser tout débat, peut-être à rendre vaine l’œuvre même du Semeur.
    On peut aussi, au nom des simples aspirations inscrites au cœur de l’homme, tenter l’exploration de versants inconnus, qui pourraient être, mais sous un jour inattendu, l’authentique fidélité aux paroles du Maître.
    C’est — nous l’espérons sans certitude, mais avec une sereine confiance — ce que nous entreprenons ici, autour de trois auteurs. L’un d’eux paraît connu (mais l’est-il vraiment ?). Il s’agit de Voltaire, dont les hésitations — je n’ose dire les “variations” — en disent long sur le parcours que peut vivre un esprit profond. Les deux autres, Gabriel Séailles et Han Ryner, sont des auteurs que nous rééditons, tant est profonde leur approche de la foi.
    On a pu dire que l’athéisme, quand il fut érigé en dogme, était l’adversaire sans précédent de la foi. Mais l’on pourrait se demander si le dogmatisme “chrétien” n’a pas sonné le glas de la simple recherche spirituelle, celle qui, dans la rencontre de la transcendance et de l’altérité, y compris en nous-même, perçoit le vrai ressort de notre humanité.
    La question est ouverte. Ce numéro de Théolib a pour objet de tenter de participer à l’ouverture de la question.

    Sommaire
     
    Éditorial, Le Jésus des libres-penseurs
    Pierre-Yves Ruff, Gabriel Séailles, une figure méconnue et attachante de la libre-pensée
    Han Ryner, La voie étroite, extrait du Cinquième évangile
    Jean-Loup Seban, La christophobie de Voltaire, un unitarien plus déiste que socinien
    Han Ryner, Le cinquime évangile (extraits)
    Han Ryner, Solitude de Jésus

[ L'accueil | retour à la revue]