Credo laïque

[ L'accueil | retour à la revue]

 

Credo laïque

Marianne Putallaz, La Pastourelle
 
    Je crois en la vie reçue gratuitement.
    Je crois en la Source de cette vie,
    présence aimante qui nous accompagne
    depuis notre naissance jusqu'à notre mort et au-delà encore.

    Je crois en la Création tout entière
    qui nous est prêtée : elle nous porte et nous nourrit.
    Je crois en l'être humain, homme, femme et enfant
    à qui cette création a été confiée.
    Nous en sommes les gérants
    et nous portons la responsabilité de la maintenir vivante et saine
    pour celles et ceux qui nous succéderont.

    Je crois qu'en chacun de nous est déposée une plénitude
    qui ne demande qu'à être découverte et développée
    afin que nous portions des fruits de paix et de liberté, de bonté et de beauté.

    Je crois que la force nous est donnée
    pour accomplir ce à quoi chacun de nous est appelé.
    Je crois que l'Esprit agit en nous.
    Il vient nous libérer de nos peurs et de nos angoisses.
    Je crois que nos faiblesses nous apprennent l'humilité
    et nous invitent ainsi à ne juger personne.

    Je crois que notre foi se renouvelle chaque jour :
    elle puise ses racines dans les chercheuses et les chercheurs de sens
    qui nous ont précédés.
    Elle est le fruit d'un lieu et d'une culture donnés.
    Elle est appelée à se transfigurer.
    Je crois que le doute est nécessaire pour ne jamais nous sentir arrivés
    car tout chemin se fait en marchant.

    Je crois qu'aucune tradition religieuse ou laïque
    ne détient la Vérité pleine et entière.
    Je crois au contraire que les religions et les sociétés de par leur incomplétude
    ont à travailler en solidarité pour défendre une éthique planétaire commune
    sans laquelle nous courrons à notre anéantissement.

    Je crois enfin que "l'Homme passe l'Homme"
    car malgré toutes nos faiblesses, nos égoïsmes et nos manques
    nous portons en nous plus grand que nous.
    Et cela m'est un émerveillement perpétuel.


[ L'accueil | retour à la revue]

Nous écrire